Ceux qui ont cherché une issue n'ont trouvé que folie.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Yuli Picam - Zeg

Aller en bas 
AuteurMessage
Zeg
Nova Prospekt
avatar

Messages : 35
Argent : 1650

Char Data
Classe: Surineur
Expérience totale: 30
Arme primaire: Mains nues

MessageSujet: Yuli Picam - Zeg   Ven 22 Jan - 22:07

Nom : Picam
Prénom : Yuli
Surnom : Zeg
Age : 36 ans
Race : Humain
Classe : Surineur
Faction : Noblesse
Groupe : Nova Prospekt
Fonction : homme de main
Profil physique : 1m60 pour 62 kg. Yeux bleus. Gaucher.
Profil psychologique : râleur,



Zeg courait à travers le Red District comme si le diable était à ses trousses. Arrivé devant le bar, il hésita un instant et franchit le seuil.

Le barman ne mit pas deux secondes à faire surgir un canon scié de sous le zinc :
- Dégage de là, le clodo !
- Range ton calibre, John Wayne. Et vas plutôt dire à Bronski que Zeg le demande.

Zeg et Bronski étaient ensemble à l'école, et leurs chemins s'étaient séparés. Ils se revoyaient de temps en temps, mais là, ça faisait des des années qu'ils ne s'étaient vus.

Le barman ne bougea pas un cil, ses yeux plongés dans le regard bleu de Zeg ne laissaient planer aucun doute. Il était prêt à le plomber sur place au moindre mouvement.

Une voix grave et autoritaire résonna du fond de la salle :
- Laisse le passer Pyotr. Je le connais.

Zeg s'avança dans le bar russe. L'éclairage rouge laissait juste deviner le mobilier de bois sculpté. Il marchait sur une moquette épaisse qui semblait encore neuve. Les fauteuils de velours donnaient avaient l'air très confortables. Zeg le vit alors. Une énorme masse de graisse, affalée dans un fauteuil, surmontée d'une tête ronde, et complètement chauve le fixait.

- Bonjour Zeg. Je suppose que t'es pas là pour échanger des politesses. Tu veux que je revende une des merdes que tu as ramassées ?
- Bonjour Konstantin. C'est pas ça, non. J'ai merdé, et ce coup-ci, c'est pas un clodo ou un junky... J'ai réellement chié dans la colle ce coup-ci, et j'ai besoin de toi.

Il lui raconta sa journée...


Réveil de merde

Zeg sortait doucement de sa torpeur. Il avait mal au crâne et la lumière qui filtrait à travers les vitres sales lui transperçait la rétine comme des aiguilles chauffées à blanc. On ne s'habitue jamais aux gueules de bois, et il avait dû faire fort la veille. Il se passa la main dans les cheveux. Ils étaient vraiment trop longs, il faudrait bientôt les couper. Et sa barbe aussi du reste. Il arriva enfin à ouvrir assez les yeux pour voir les parages.

- Mais putain, où je suis encore ?

Personne pour lui répondre. Autour, des murs en béton, nus, où s'accrochaient encore quelques restes d'un papier peint hors d'âge, et une porte déglinguée à moitié dégondée. Le sol de terre battue lui faisait mal au dos, mais il n'avait pas la force de se lever. En tout cas, il n'avait jamais mis les pieds ici auparavant, il en était certain. Ses déambulations de la veille restaient dans un brouillard aussi opaque de la brume autour de la ville, pas moyen de s'en rappeler.

Pour s'encourager à se lever, il cria :

- Gooooood morning Solicity !!!!!!

Il avait entendu ça une fois dans un vieux film : un type animait une radio militaire, et hurlait un truc du même genre à plein poumons pour réveiller des soldats partis dieu sait pourquoi affronter dieu sait qui... Dans le film, ce slogan leur donnait la pêche. Dans la vraie vie, ça ne marchait pas aussi bien...

Les films de l'ancien temps... Quand il était enfant, lui et son père en avaient regardé beaucoup. Ils avaient trouvé un vieux téléviseur encore en état de marche dans une cave. Quand ils dénichaient (le plus souvent chez des gens qu'ils "visitaient") un DVD pas trop rayé, ils le gardaient pour le visionner plus tard. Ça leur permettait de s'évader quelques heures de leur vie de minables.

Son père était la seule famille qui lui restait ; sa mère étant morte en couches et n'avait pas eu d'autres enfants. Les rares amis qu'ils avaient s'étaient éteints les uns après les autres dans la violence de la rue, ou en overdose.

Son père n'était plus là depuis longtemps déjà. Il était parti un soir faire un coup avec une bande qu'il venait de rencontrer. Zeg n'a jamais su ce que c'était exactement, mais ça devait être trop gros pour son père, et il n'en était pas revenu... Zeg avait fait vérifier sans succès les registres des hôpitaux, et ceux des morgues. Et malgré des recherches dans les bas fonds, il n'avait jamais rien trouvé concernant ce coup, ni cette bande.

et il s'était comme "évaporé" dans la nature.

Zeg avait continué à se débrouiller comme il lui avait appris : un peu de rapine pour manger, et si possible à boire (il était devenu très doué pour "visiter" les gens et fouiller leur cuisine pendant leur sommeil), et trouver un coin où dormir étaient devenus son lot quotidien. Il n'avait pas pas d'amis non plus.

Il n'aimait pas cette journée. Quand on commence la matinée mélancolique à se rappeler le "bon vieux temps", on finit par pleurer tout seul dans un bar le soir, avec un barman pour nous faire la conversation alors qu'il s'en moque royalement.

Il tenta encore une fois de s’encourager :

- Allez, Zeg ! Debout !

"Zeg", un surnom qu'il détestait et qu'il avait finalement adopté par habitude, jusqu'à l'utiliser pour se présenter lui-même. Il datait de son premier jour à l'école du coin. Le premier gamin qu'il a croisé ce matin-là, c'était la terreur du quartier. Comme Zeg était petit et chétif, le premier sobriquet qui était passé par le tête de cet abruti, c'était "the gnome". A l'usage, les enfants de l'école avaient raccourci ça en "Zeg", tout le monde s'était mis à l'appeler comme ça, et puis c'était resté.

Si le surnom était resté, sa carrure de petit maigrichon aussi.

Le voilà enfin debout. Titubant encore un peu, courbé dans les vertiges de sa gueule de bois, mais debout. Il était temps de partir.

- Merde, ce n'est pas mon manteau, ça... A qui j'ai piqué ce truc ? J'ai paumé mon couteau... Fait chier ! Journée de merde !!!!!

Fouillant les poches du caban, il découvrit un portefeuille contenant de l'argent. Il le jeta et garda les billets. La journée commençait finalement pas si mal...

Journée de merde

- Bon, on se réjouira plus tard. Là j'aurais bien besoin d'un café, se dit-il.

Sortant du bâtiment, le soleil l'aveugla encore une fois. Le temps était magnifique malgré le froid matinal de cette journée de fin d'automne. Zeg frissonna,  boutonna son manteau et en releva le col.

Son odorat était assailli d'odeurs de pourriture, d'ordure et d'urine. Il entendait les pépiement des rats tapis dans l'obscurité des grilles d'égouts. Ses yeux commençaient à s'habituer à la lumière : il était dans une impasse courte et étroite, sans trottoir, au macadam défoncé et constellé de nids de poules. A sa gauche, il voyait l'issue de l'impasse et les va-et-vient de la circulation. Il s'y dirigea, et reconnut alors une des avenues qui quadrillaient le quartier Charlie, son quartier natal. Ça faisait si longtemps qu'il n'avait pas arpenté ces rues.

A l'époque, son père avait un petit boulot dans une plantation dans le quartier des Jardins, et on lui avait attribué un logement en conséquence non loin d'ici. C'était petit, sans luxe et les toilettes étaient sur le pallier, mais c'était chez eux. Mais son père ne supportait pas les contraintes, ni les ordres. Il ne respectait ni les horaires, ni les cadences, ni la hiérarchie. Après bien des avertissements, il finit chômeur. Et peu de temps après, les dettes s'accumulant, il ne put payer les factures d'eau et d'électricité, et on les avait jetés à la rue... Commença alors sa vie de cambriole et de squats...

Zeg avait hérité de son père cette soif de liberté sans limites, sans contraintes, et tout clochard qu'il était, il n'acceptait de courber l'échine devant personne. Jamais il n'avait mendié.

Il remonta l'avenue, désœuvré, ne sachant où aller. Flânant ainsi, il croisa son reflet une vitrine, et s'arrêta. Hormis le manteau, qui avait l'air quasi neuf, il ressemblait à une épave. Sa maigreur, son teint blafard et les cernes presque noires sous ses yeux bleu acier lui donnaient une apparence de faiblesse, voire de maladie. Sa tignasse, grasse et sale, était hirsute. La barbe avait envahi sa figure crasseuse, et ses vêtements étaient en lambeaux. En plus de ça, il devait empester... Aucun bar ne le servirait, on le jetterait même dehors...

Occupé à se contempler, il ne l'avait pas vu venir...Une cigarette fichée entre des lèvres surmontées d'une fine moustache, un homme vêtu d'un costume cintré, les chaussures vernies et les cheveux gominés,s'approchait de lui avec un air décidé .On l'aurait dit tout droit sorti du film "Le Parrain". Ses intentions semblaient claires, il voulait "s'amuser". Ça sentait la dérouillée, et Zeg avait décroché le rôle de la victime...

Le mafieux s'adressa à lui avec un accent italien à couper au couteau :
- Qu'est-ce que c'est que cette vermine qui salit la rue ?
- Mais qu'est-ce que c'est que ce gros con qui parle avec un accent italien ? Ça fait 200 ans qu'on est dans la brume ! Le cul de ta mère n'a jamais vu l'Italie, pas plus que ton obèse de chef !

Les mafieux italiens sont comme des chiens, ils obéissent au doigt et à l’œil à leur maître, leur parrain, et surtout, ils le défendent bec et ongles... Et parler du fessier de leur mère n'est pas très bien accepté non plus en règle générale...

Fort logiquement donc, les derniers mots de Zeg à peine sortis de sa bouche, l'italien se jeta sur lui. Au niveau force brute, Zeg était clairement désavantagé. Il esquivait le maximum de coups, et parvenait à en rendre certains, sans grand effet. L'italien parvint à le saisir, et entreprit de l'étrangler avec son avant-bras. Zeg était coincé. Ils étaient dos à la vitrine, mais les passants ne leur prêtaient aucune attention, et n'avaient aucune pitié pour le parasite de la société qui allait bientôt rendre l'âme en pleine rue. Zeg rassembla ses dernières forces, plia légèrement les genoux, et donna la plus forte impulsion qu'il put de ses deux jambes. Ils furent déséquilibrés, et traversèrent la vitrine au milieu des éclats de verre qui, dans leur chute, renvoyaient mille étincelles de lumière.

La tête de l'italien heurta le sol brutalement. La première pensée de Zeg fut de fuir, avant que l'autre ne reprenne ses esprits. A peine redressé, une poigne de fer lui saisit le bras droit.

Zeg saisit instinctivement une longue écharde de verre dans sa main gauche, et la planta en travers du cou de son agresseur. Quelques giclées écarlates plus tard, la poitrine du mafieux s'affaissait dans un dernier gargouillement humide.

- Mais quelle putain de journée de merde !!!!

Les passants, auparavant indifférents, se montraient maintenant particulièrement curieux. Il fallait vite fuir de là avant que l'un d'entre eux mémorise son visage. Zeg courut vers l’arrière boutique, sortit par l'issue de secours et disparut dans les ruelles.

Nasdrovia

- Et je suis venu directement, dit Zeg.
- Personne ne t'a suivi ?
- Nan, Konstantin, j'en suis certain, je suis passé par les égouts. A c't'heure, les ritals doivent chercher qui a buté leur mec. J'ai besoin de la protection de tes amis.
- Ces gars là, ce sont des hommes d'affaires, pas de bons samaritains. S'ils te sauvent le cul, c'est un investissement qu'il faudra que tu le rentabilises...

Zeg n'avait pas d'autre option. Il sacrifia sa liberté à la Nova Prospekt.

Bronski vanta à ses contacts ses compétences en discrétion, et son attrait pour les lames ; selon lui, il ferait un bon assassin.

La NP se laissa convaincre. Elle manquait de bras à cette époque, et attirait principalement des barbares sans finesse, incapables de régler certaines affaires sous le manteau.

Elle paya quelques faux témoins qui décrivirent le tueur comme étant un chinois. Bronski avait expliqué à Zeg que c'était parce que "les chinois ont tous la même gueule", et que ça permettait d'expliquer les divergences entre les portraits robot qu'allaient donner les faux-témoins. Elle fit pression sur un Angelic au passé trouble pour falsifier les empreintes sur l'arme du crime.

Zeg s'était mis au vert pendant quelques semaines, et revenait prendre des nouvelles auprès de Bronski, dans le bar où il traînait toujours. Ce dernier se servit un verre de vodka, en servit un à Zeg :

-Tiens, ça fait une semaine qu'on te cherche ! Prends ce verre, et trinquons ! Le dossier est classé, tu ne risques plus rien. Voici les clé de ta nouvelle demeure, et un peu de thune pour tes premiers frais. Nasdrovia, tovaritch !

Dans la tête de Zeg, la joie régnait, mais également la résolution : il allait regagner sa liberté, et pour cela : payer sa dette...


Dernière édition par Zeg le Lun 25 Jan - 22:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silly Sally
Administration
avatar

Messages : 153
Argent : 25539

Char Data
Classe: Hobo
Expérience totale: 0
Arme primaire: Mains nues

MessageSujet: Re: Yuli Picam - Zeg   Dim 24 Jan - 15:25

Salut, et bienvenue sur Solicity !

J'ignore si c'est fini ou quoi (si non, alors mea culpa pour l'intervention) mais pour le moment c'est très bon et donne un bon avant-gout, on aimerait cependant que ces points soient plus explicites :

Silly Sally, Codex a écrit:
- D'où le personnage vient ?
- À quoi il ressemble ?
- Quelle est sa personnalité ?
- Où est-ce qu'il va ?
- Où vit-il ? Où le rencontrer ?
- Quelles sont ses intentions ?
- Quel type de personne est-ce ?

N'hésite pas si tu as une question à la poser par MP ou sur le sous-forum approprié.

Bonne chance pour la suite et vivement. (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solicity.forumactif.com
Zeg
Nova Prospekt
avatar

Messages : 35
Argent : 1650

Char Data
Classe: Surineur
Expérience totale: 30
Arme primaire: Mains nues

MessageSujet: Re: Yuli Picam - Zeg   Dim 24 Jan - 17:46

(je réponds dans le topic, on fera le ménage à la fin)

Merci pour le "c'est très bon". Comme je l'ai dit à Sephi dans la chat box, le RP c'est tout nouveau pour moi (et pour tout dire, c'est la première fois que quelqu'un lit un de mes textes, si on exclut les profs que j'ai pu avoir).

Je vais essayer de voir comment l'améliorer dans le sens que tu me donnes, probablement en donnant une suite à cette journée...

Je viens notamment de voir qu'on avait un "studio" d'emblée dans les règles, il ne peut donc pas être sans-abri... Je vais pouvoir enrichir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silly Sally
Administration
avatar

Messages : 153
Argent : 25539

Char Data
Classe: Hobo
Expérience totale: 0
Arme primaire: Mains nues

MessageSujet: Re: Yuli Picam - Zeg   Dim 24 Jan - 17:56

Oh, alors tu te débrouilles bien ! (:

Quant au studio, pas besoin de l'utiliser, dans le sens où tu l'as dans l'inventaire mais si tu créés pas ton studio dans le jeu tu l'as pas. C'est comme si on te donnait un logement et tu le réclamais pas et tu continuais de vivre dans la rue, genre t'es pas au courant ou tu t'en fous. ou bien t'es quand même trop pauvre pour payer des charges en admettant que tu doives les payer, y a pas mal de justifications à ce qu'il y ait des gens qui soient sans-abris à Solicity, c'est libre. (:

Juste on propose un logement gratuit à chaque joueur car y a pas de raisons à ce qu'ils n'en aient pas sinon ils dormiraient ou, mais après c'est juste pour la forme.

Bonne continuation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solicity.forumactif.com
Silly Sally
Administration
avatar

Messages : 153
Argent : 25539

Char Data
Classe: Hobo
Expérience totale: 0
Arme primaire: Mains nues

MessageSujet: Re: Yuli Picam - Zeg   Lun 25 Jan - 22:05

Pardonne le double-post mais après concertation ta fiche est bonne, tu es validé, félicitations !

Tu as reçu toutes les informations, bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solicity.forumactif.com
Zeg
Nova Prospekt
avatar

Messages : 35
Argent : 1650

Char Data
Classe: Surineur
Expérience totale: 30
Arme primaire: Mains nues

MessageSujet: Re: Yuli Picam - Zeg   Lun 25 Jan - 22:26

Je viens de voir ton post après avoir édité le mien...

J'ai un peu étoffé son histoire. Et comme il n'y avait personne chez les russes, je me suis invité...

Je peux avoir ton avis sur cette nouvelle mouture quand même ? S'il le faut, je peux revenir à la première version, je l'ai gardée dans un coin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silly Sally
Administration
avatar

Messages : 153
Argent : 25539

Char Data
Classe: Hobo
Expérience totale: 0
Arme primaire: Mains nues

MessageSujet: Re: Yuli Picam - Zeg   Lun 25 Jan - 22:52

Excellent ! Les autres en diront surement plus, mais je me réjouis de voir la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solicity.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yuli Picam - Zeg   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yuli Picam - Zeg
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bons baisers de Perracie [PW Yuli Sibly]
» [Quêtes estivales 1 & 2] La puuuuuurge ! [PW Ory & Yuli]
» Deus Ex [PW Yuli & ???]
» A la poursuite de l'assassin. (PW Yuli, Hevoria)
» Run for your laifu !!! [PW Yuli Sibly]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solicity :: Méthanal :: Votre personnage :: Codex-
Sauter vers: