Ceux qui ont cherché une issue n'ont trouvé que folie.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nancy S. Lovelace

Aller en bas 
AuteurMessage
Nancy S. Lovelace

avatar

Messages : 65
Argent : 3350

Char Data
Classe: Chimiste
Expérience totale: 160
Arme primaire: Poing Démocratique

MessageSujet: Nancy S. Lovelace   Dim 24 Jan - 22:12


~ Lovelace Nancy S. ~
26 ans
Alice, Chemgirl, la camée ...
Humaine
Chimiste
Ordre
Aucun groupe, attente d'un troisième membre.


Vie à l'orphelinat

[Interview avec Hans L., ancien éducateur de l'Orphelinat/Pensionnat Apollo, Quartier Alpha]

Nancy Lovelace, vous dites ? Oh. Si on s'en souvient ? Ouais totalement. C'était une brave gamine à l'époque, mais j'admets que ça ne m'étonne pas du tout que j'aie à faire avec vous là, maintenant, compte tenu de ce dont elle était capable. Il fallait dire que c'était loin d'une fille sans histoires. On peut dire aisément qu'elle avait du potentiel, mais sans le soutien nécessaire, effectivement, elle ferait n'importe quoi.

Son père était un riche industriel, évidemment avant c'était tabou, mais il n'était pas mort. Il lui avait légué la fortune nécessaire pour vivre une bonne vie, mais sans s'inquiéter plus d'elle. Le fruit d'une adultère. A l'époque elle l'ignorait, on lui avait dit que ses parents sont morts dans la Brume. Mais elle ne semblait pas si naïve.

Elle était plutôt turbulente à l'époque, elle respectait ses supérieurs mais avait un caractère tout à fait détestable vis-à-vis de ses camarades. Elle avait eu des problèmes à frapper sur les plus faibles plus d'une fois, ou a les torturer psychologiquement. Elle n'avait pas vraiment d'amis et se confiait à personne.

Elle devait avoir 10 ou 11 ans quand elle a rencontré Octobre. Plus âgée d'un an, la nouvelle. C'est une étape assez intéressante de sa vie car je dois admettre qu'avant elle, elle n'avait jamais montré signe de pitié ou d'empathie envers d'autres personnes. Elle les évitait. Cette petite-là venait d'arriver, elle était encore un peu perdue.

Rapidement, une autre fille, plus âgée, treize-quatorze ans. Oh, je dois parler d'elle, d'Alice. Vous devriez la connaitre, elles ont longtemps passé à la télé ensemble, elles endiablaient les débats, et c'étaient de brillantes actrices. Leur collaboration a commencé depuis tout jeune, mais je dois admettre qu'au début elles se sont rencontrées dans d'étranges circonstances.

Alice avec sa bande de bullies cherchait à embrigader les nouveaux-venus. En général, c'était contre elle ou avec elle. Nancy savait l'esquiver, mais la petite avait moins de chance. Elle avait refusé de se joindre à elle, et ils ont tenté de la passer à tabac histoire de faire tourner la balance. Et c'est là que Nancy a fait quelque chose qui, pour tout le personnel de l'orphelinat, était incroyable à voir. Elle a défendu Octobre et c'est vite parti en couilles. Octobre était hors de danger mais la petite s'en était pris plein la tête. Ils l'ont coursée pendant un bout de temps. Je ne saurais dire ce qui c'était passé après. On les avait longuement cherché cette nuit-là. Ce qu'on ignorait c'était qu'Alice avait la clé d'accès aux bâtiments des sports et que Nancy savait crocheter. On les a retrouvé fortement alcoolisées au bon matin, main dans la main, bien qu'une ait eu pas mal de points de suture à se faire.

A partir de là, Octobre et Nancy avaient été les meilleures amies du monde, toujours à faire les 400 coups, tout le monde appréciait leur amitié et elles passaient du bon temps ensemble ou avec d'autres, à passer leurs soirées à s'amuser. Inséparables, on aurait dit que cela faisait 8 ans qu'elles étaient amies à distance et que soudain elles se sont rencontrées en vrai. C'étaient vraiment devenu une équipe fantastique et Octobre avait su calmer la petite et la rendre moins désagréable. "Toi et moi, contre le monde, hein ?", qu'elles se disaient. C'était plutôt mignon.

Ce fut à l'âge de 16 ans que Nancy trouva un travail et quitta le pensionnat. Mis à part à la télévision, je dois admettre que je ne l'ai plus jamais revue.


Vie en tant qu'animatrice télé


[Interview avec June R., présentatrice de l'émission "June's"]


Je ne saurais vraiment dire comment ces deux-là en sont arrivées à travailler chez nous. Au final, on cherchait des demoiselles drôles pour pimenter, on a passé un casting, et quand ces deux-là sont arrivées on hurlait de rire. Juste à leur gueule. C'était un peu méchant mais. Je ne sais pas. Dans tous les cas au niveau des chiffres on a pas réellement eu à se plaindre. Après c'est vrai, que parfois on a eu des réclamations. Autant Alice savait faire rire, Nancy était toute autant bonne à mettre mal à l'aise quelqu'un ou l'insulter subtilement. Elle avait son lot de remarques caustiques et ses dénonciations, souvent nos émissions partaient en débats politiques, en engueulades, en pleurs. Cela faisait rire Alice, et Nancy était la maîtresse du chaos qu'elle générait. Mais ça donnait mauvais images à l'émission et on a eu des plaintes.

On ne pouvait pas la virer car c'était pour ça que les gens venaient voir l'émission. Pour la voir boire toutes les deux minutes dans sa bouteille qu'elle avait remplie de Wodka durant l'entracte, ne rien dire, et finalement sortir une pique caustique qui allait provoquer l'hilarité générale. C'était un monstre et les gens aimaient ça.

On se souvient tous de la façon dont elle avait humilié un mutant présentateur qui a été invité. Le gars avait perdu sa famille et elle l'avait déchiré devant tout le monde, c'était effroyable. C'était devenu viral peu de temps après. Elle haïssait les mutants, j'ignore pourquoi.

Fort heureusement, lorsque la situation devint ingérable, elle finirent par démissionner. C'était un soulagement, mais aussi un grand chapitre de June's qui se fermait.

Elles ont retrouvé un job dans une série à succès où elles jouaient exactement leur rôle. D'un côté tu avais la personne belle et marrante qui faisait rire tout le monde, de l'autre tu avais la mort-vivante que tu finissais par détester sauf quand elle tapait sur les mecs que tu détestais. Enfin. Mort-vivante, c'était surtout le style qu'elle avait à l'époque. Probablement qu'elle n'était pas toute clean, l'autre ne l'était pas non plus. Elles ont fini par se séparer lorsque le réalisateur de la série a fini par se suicider, sa série a finit par bider à cause d'elles.

Alice a fini par faire du mannequinat il me semble, quant à Nancy, si vous suivez la série a succès "Les Tarkovski", elle a fait la majorité des voix de femmes et d'enfants pendant au moins 3 ans, avant de s'enfuir. C'est tout ce que j'ai à vous dire. Ah oui, elle était sortie avec un acteur, ça a pas duré longtemps.

Vie en tant que dealeuse ?


On le savait, peu de temps après avoir terminé son dernier épisode, Nancy S. Lovelace avait rejoint les bas-fonds de Solicity. Son amie ne l'avait pas encore rejointe et la pister devint très difficile, elle avait comme disparu de la surface de la terre pendant plusieurs années. Les enquêteurs d'Angelic ont finalement pu retrouver sa piste dans les lieux les plus sales de la Haute Société de Solicity.

C'étaient des soirées de luxure organisées par les gens les plus fortunés de Solicity, dans des lieux glauques où ils n'avaient pas l'habitude d'aller et sous haute protection. Ici ils s'adonnaient à des sombres desseins. On les nommait les soirées noires. Pour une fille qui avait des contacts avec ces gens-là il était sûr que si elles vendaient ces trucs c'était pas à deux-trois mutants de bas quartiers.

Nos agents d'Angelic, plutôt bien intégrés dans cette communauté n'ont eu aucun mal obtenir un interview de Yann S. maître de soirée.


[Interview avec Yann S., entrepreneur]

Vous devez comprendre très chers que des gens qui nous fournissent n'utilisent déjà pas leur vrai nom et surtout on ne donne aucune information. Mais honnêtement, si vous pourriez me retrouver cette [...], qu'on la pende haut et court et ça me ferait plaisir. Nancy Lovelace, heh ? Elle se faisait appeler Jules Winnfield. On était tous trop high pour tilter putain, une meuf avec un nom de mec. Elle nous avait bien eu. Enfin, les gens qui la connaissaient savaient qu'elle n'avait jamais le même nom plusieurs fois de suite. Elle était comme une ombre, on ne pouvait la pister.

Faut dire qu'elle avait ramené son cul c'était quand, y a trois ans, à cette époque on l'a reconnaissait pas, cela faisait quand même quelques années qu'elle ne passait plus à la télé mais sa face ne ressemblait pas à celle qu'on avait vu avant. En plus elle masquait toujours un peu son visage. Elle venait toujours une dizaine de minutes avant le début de la soirée, elle entrait habillée en clocharde les poches pleins de cette merde qu'on appelait Olympe à l'époque.

C'était une des pionnières, elle nous vendait ça bien avant que ça se vende partout. C'est d'ailleurs pour ça qu'on faisait appel à elle. Elle entrait souvent par la grande porte, passait à l'arrière et on pouvait commercer. Ses prix ont toujours été hauts mais elle avait le loisir de l'exclusivité et de la bonne qualité. Elle ne disait rien à propos d'elle, jugeant froidement tout son entourage, faisant son truc, partant ensuite. On ne s'était pas posé plus de questions.

Jusqu'à ce qu'on se rende compte que l'Olympe nous tuait. Elle rendait tellement dépendant que passé un certain cap on ne pouvait qu'en mourir, c'était dramatique. Je ne sais en dire plus, lorsqu'on interdit tout ce qu'elle nous vendait elle ne vint plus. On l'a cherchée un moment mais... laissez tomber.

Pourquoi vous la cherchez ? Vous ne mettez pas autant de moyens pour trouver un simple dealer... elle a fait quelque chose d'horrible ?

- Pire que ça.

Afterlife

Et c'était là qu'on savait qu'il fallait la retrouver. Nous accélérâmes les recherches jusqu'à déterminer qu'elle avait finalement rejoint son amie Alice, et que c'était là que sonnait le glas de son aventure.

- C'est pour quoi ?

- Alice, avez-vous des informations à propos de Nancy ?

Elle ne répondit pas tout de suite. Elle plissa les yeux, et demanda, avec une voix qui montrait à quel point elle était outrée :

- C'est une blague ?

- Pardon ?

- Vous saviez à propos de ce qu'elle produisait, de ce qu'elle a fait n'est-ce pas... ?

- Là n'est pas la question. Où est-elle ?

- Votre mission est terminée on dirait, elle est morte.

- Comment ?

- Elle recherchait des matériaux dans l'Alyssa pour ses productions, j'étais avec, je me chargeais de la surveiller. Elle a été ouverte en deux par des mutants. J'ai pu m'échapper et en rentrant j'ai fait un rapport de sa mort. Tout a été réglé, j'ai d'autres choses à faire ?

On fouilla nos affaires, on appela le chef qui nous confirma ses dires après vérification. Il semblait tout aussi étonné que nous.

- Non, c'est bon, en effet. Désolés pour le dérangement.

A partir de ce jour on ferma le dossier Nancy. On se rendit compte de la profondeur du problème lorsque nous réalisâmes que les produits de sa marque étaient toujours en vente. Probablement des restes de sa production. On a plus l'autorisation de continuer de toute façon.

L'Ordre de Chaussettes


Après avoir rencontré le vieux aux bonsaïs, à qui j'ai fait tester une nouvelle drogue expérimentale de ma création, il sembla si persuadé que j'étais l'élue et il m'a initiée avant de me léguer son poste de Maître du Culte de Chaussettes, ma vie prit un autre tournant. Elle n'avait pas changé dans les faits, mais dans l'essence je savais pourquoi je devais me battre. Orchestrer ma mort pour être tranquille et échapper à la Justice ne fut pas chose aisée. Désolée Alice. On se retrouvera au Paradis de Chaussettes.

Bien que le Culte ne soit plus autant rayonnant qu'à ses débuts, bien avant la Brume où il vécut son âge d'or, je lui avais juré de lui redonner sa splendeur d'antan. Un second âge d'or, une nouvelle vie. Tout comme la mienne.

Chaussettes, v'est désormais une main vorte que tu as vous ta Volonté.

Une vie pleine d'aventures s'ouvrait à moi.

Et jamais mon cœur n'eut été aussi ensoleillé que lorsque je revis Octobre de nouveau. Elle aussi avait rejoint le Culte. Nous étions les deux à sa tête, et nous avions le devoir de le remettre sur pied. J'allais mettre mes compétences à profit, et avec les compétences qu'elle avait acquis lorsque nous étions séparées, nous avions tout ce qu'il nous fallait.

Solicity sera mien. Et j'ai toutes les cartes en main pour mener à bien ce dessein.

On brillera de nouveau.

Octobre.

Octobre.

Octobre.

Ma petite Octobre.

Toi et moi, contre le monde, hein ?


Dernière édition par Nancy S. Lovelace le Lun 25 Jan - 13:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nancy S. Lovelace

avatar

Messages : 65
Argent : 3350

Char Data
Classe: Chimiste
Expérience totale: 160
Arme primaire: Poing Démocratique

MessageSujet: Re: Nancy S. Lovelace   Dim 7 Fév - 2:18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nancy S. Lovelace
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liberate me ex Inferis [Viviane de Lovelace, Hawthorn Feathersigh] [28/04/42]
» Ada ☩ point de chute, point de fuite.
» Dorian Lovelace

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solicity :: Méthanal :: Votre personnage :: Codex-
Sauter vers: